Un incroyable escalier, mais vrai

>> Un incroyable escalier créé par un inconnu, avec très peu d’outils et qui tient tout seul.
Une étrange histoire que l’histoire de cet escalier.

En septembre 1852, des sœurs de Lorette vinrent s’installer dans le sud-ouest des Etats-Unis, via le Kentucky, le Missouri et le Kansas. Un voyage difficile et à hauts risques au cours duquel la supérieure, Mère Mathilde, décédera du choléra. Elles se fixèrent à Santa Fe, Nouveau-Mexique. Les sœurs Madeleine (elle sera nommée supérieure par Mgr Lamy), Catherine, Hilaire et Robert, s’installèrent dans une petite maison de briques, au milieu d’une population majoritairement composée de Mexicains et d’Indiens. Leur premier souci sera de bâtir un couvent et une chapelle. Elles firent donc appel à des charpentiers mexicains et, bientôt, une école sortit de terre : le collège de Lorette. La construction de la chapelle débuta le 25 juillet 1873 sur des plans de l’architecte Mouly qui avait dessiné la catédrale de Santa Fe. Mgr Lamy étant français, il avait dans l’idée « quelque chose de similaire » à la Sainte-Chapelle à Paris ! Cette chapelle sera donc la première construction gothique à l’ouest du Mississippi.
Le bâtiment devait faire 8 m de large, 23 m de long, 26 m de hauteur. Il fut placé sous le patronage de saint Joseph. La chapelle terminée, les sœurs s’aperçurent que si la réalisation était remarquable, une grossière erreur avait été faite : aucune liaison n’avait été prévue entre la tribune et la chorale. Aucune cage d’escalier et, compte tenu de la hauteur de la tribune, impossible d’en installer un !

Sœur Madeleine fit appel à de nombreux charpentiers pour essayer de résoudre le problème. En vain. Certains proposèrent de mettre une échelle, d’autres de raser tout l’édifice pour le reconstruire. Les sœurs, elles, préférèrent faire une neuvaine. Et d’attendre pour voir.

Le dernier jour de la neuvaine, un homme âgé, qui poussait un âne chargé d’outils, proposa de construire un escalier. Cela lui fut accordé, bien sûr. En fait d’outils, l’homme n’avait qu’une scie, un marteau et une équerre en té. Au bout de six mois, le travail fut terminé. Et l’homme disparut du jour au lendemain. Sans laisser de traces. Et sans avoir demandé le moindre sou.
Mère Madeleine, soucieuse d’acquitter sa dette, se rendit à la scierie pour payer le discret charpentier et la commande de bois. Mais là, surprise : personne ne connaissait l’homme et aucun document ne concernait une commande de bois pour la chapelle.

Premier mystère. Le second, et non des moindres, concerne l’escalier. C’est un véritable chef-d’œuvre qui fait deux tours complets (2 x 360°) sur lui-même. A la différence de la plupart des escaliers circulaires, il n’a aucun pilier pour le soutenir. Ce qui veut dire qu’il est suspendu sans aucun support. Tout son poids repose sur la première marche.

Sœur Florian, OSF, qui a laissé un récit de cette « miraculeuse » histoire (Magazine Saint-Joseph, avril 1960), écrit :
« Plusieurs architectes ont avancé qu’il aurait dû s’effondrer sur le sol au moment même où la moindre personne se serait aventurée sur la première marche. Et il a cependant été utilisé quotidiennement pendant plus de cent ans. L’escalier a été assemblé exclusivement par des chevilles en bois : il n’y a pas un seul clou. La partie située sous les marches et entre le limon et la crémaillère ressemble maintenant à du bois léger. C’est en réalité du plâtre mélangé à du crin de cheval destiné à donner de la rigidité. Trop nombreux sont les visiteurs à avoir succombé à la tentation de rapporter chez eux un souvenir, et d’avoir pour cela arraché à l’escalier des morceaux de plâtre. En 1952, lorsque les sœurs ont fêté le centenaire de leur arrivée à Santa Fe, elles ont remplacé le plâtre, et l’ont peint de manière à lui donner l’aspect du bois vernis. »
A l’époque de sa construction, l’escalier n’avait pas de rampes. Elles furent ajoutées cinq ans plus tard. L’une des jeunes filles qui se trouvaient alors au collège avait 13 ans. Plus tard, elle deviendra sœur Marie chez les Sœurs de Lorette. Elle a expliqué comment elle et ses camarades furent sans doute les premières à utiliser l’escalier :

 

— Mais nous avions tellement peur de monter à la tribune que nous en redescendions sur les mains et sur les genoux.
Des milliers de visiteurs sont venus – et du monde entier – pour examiner cet escalier mystérieux. Parmi eux, de très nombreux architectes. Tous ont confié qu’ils ne comprenaient absolument pas comment l’escalier avait été construit. Ni comment il avait pu rester en aussi bon état après des dizaines d’années d’utilisation.

Sœur Florian explique encore :
« J’ai parlé de l’escalier avec monsieur Urban C. Weidner, architecte de la région de Santa Fe et expert en boiseries. Il m’a dit qu’il n’avait jamais vu un escalier circulaire sur 360° qui ne soit pas supporté par un pilier central. L’une des choses les plus surprenantes à propos de cet escalier, c’est, selon monsieur Weidner, la perfection des courbes des limons. Il m’a expliqué que le bois est raccordé (en menuiserie on dit « enté ») sur les côtés des limons par neuf entures sur l’extérieur, et sept sur l’intérieur. La courbure de chaque pièce est parfaite. Comment cela a-t-il été réalisé dans les années 1870, par un homme travaillant seul, dans un endroit retiré, avec des outils des plus rudimentaires ? Cela n’a jamais été expliqué. »
De nombreux experts en bois ont tenté d’identifier le bois utilisé, de deviner son origine. Sans trouver de réponses. Les marches, inlassablement utilisées pendant plus d’un siècle, ne présentent des signes d’usure que sur le bord. Un de ces experts pense avoir identifié ce bois comme « une sorte de pin granuleux sur les bords ». Reste que ce bois au grain dur ne vient pas du Nouveau-Mexique.
« Notre Mère la Sainte Eglise est toujours très circonspecte lorsqu’il s’agit de juger des choses surnaturelles. C’est pourquoi les sœurs et les prêtres de la région de Santa-Fé ont évité, dans le même esprit, de dire quelque chose de définitif à propos de l’escalier. Les sœurs du collège de Notre-Dame de Lorette savent aujourd’hui, comme le disaient déjà sœur Madeleine et sa communauté, que l’escalier était la réponse de saint Joseph à leurs prières. Beaucoup se plaisent à penser que le charpentier était saint Joseph lui-même. Pourtant, les annales de la communauté comme les archives diocésaines sont silencieuses sur le sujet : les annales nous apprennent cependant que la chapelle Notre-Dame-de-Lumière a été dédicacée le 25 avril 1878 », rappelle sœur Florian.


Informations complémentaires

La controverse s’alimente à trois sources au moins :
— Un livre de Mary Jean Cook. Elle attribue, au terme d’une enquête privée et non authentifiée, la construction de l’escalier à Jean-François Rochas à partir de la rubrique nécrologique parue le 6 janvier 1896 dans le journal New Mexican Santa Fe et qui, rendant compte de la découverte du cadavre assassiné de l’intéressé, mentionne qu’il était « honorablement connu à Santa Fe comme expert en bois, et qu’il avait construit le bel escalier de la chapelle de Lorette ».
— Un article de Joe Nickel, paru dans le Magazine de l’Enquêteur sceptique (nov.-déc. 1998), intitulé : « La spirale vers le Ciel : l’escalier tient debout, mais le mythe s’effondre ». Beaucoup d’explications techniques pour étayer un raisonnement partial et assez pauvre.
— Un autre site fait mention d’un certain Oscar Hadweiber, maître charpentier, qui, en 1965, est subjugué par la beauté de l’escalier. Il annonce avoir trouvé en 1970, dans le grenier de sa sœur, la preuve que son grand-père Johan, lui aussi maître charpentier, et qui avait circulé au Colorado et au Nouveau-Mexique à l’époque de la construction de la chapelle de Lorette, était bien l’auteur de l’escalier. Rien n’a été authentifié. Et Oscar est décédé en 1980.
Le collège de Lorette a été fermé en 1968, et la propriété a été vendue aux enchères. Au moment de la vente en 1971, la chapelle de Notre-Dame-de-Lumière fut retirée du culte catholique. L’accès à la tribune a été interdit en 1970. Non pas à cause de la vétusté de l’escalier, mais en raison de l’application stricte des normes de sécurité : la tribune n’avait pas d’issue de secours…
La chapelle de Lorette est désormais un musée privé maintenu et entretenu, en partie, pour la conservation de l’Escalier Miraculeux et de la chapelle elle-même. Elle sert encore aux mariages « romantiques ».
Alain Sanders
— Références : http://www.christ-roi.net


Petite chronologie

1622, l’église Saint-Francis de Santa Fe est construite.
1812, l’ordre des Sœurs de Lorette est fondé le 25 avril dans le Kentucky.
1823, le Mexique gagne son indépendance sur l’Espagne.
1848, la partie sud-ouest des Etats-Unis lui est cédée.
1849, le Vicariat du Nouveau-Mexique est établi, et confié à monseigneur Jean-Baptiste Lamy.
1852, les Sœurs de Lorette répondent à l’appel de monseigneur Lamy qui demande des renforts pour instruire ses ouailles, en envoyant six sœurs enseignantes.
1853, premiers bâtiments du collège.
1854, le collège reçoit ses premières élèves.
1855, des sœurs supplémentaires arrivent à Santa Fe.
1856, un troisième groupe de sœurs arrive à Santa Fe.
1870-1880, construction de l’actuelle cathédrale Saint-Francis.
1873, début des travaux de la chapelle.
1878, fin des travaux de construction de la chapelle.

Indications bibliographiques

Albach, Carl R. (1965) Miracle ou merveille de la construction ? Réimpression à partir d’un mémoire d’ingénieur conseil.
Bobin, Jay (1998). L’escalier, rétrospective télévisée, The Buffalo News, 12 avril, pp1, 24-25.
Bullock, Alice (1978), Lorette et l’escalier miraculeux, Santa Fe, N.M., Sunstone Press.
Easley, Forrest N. (1997), Une montée d’escalier du Ciel ? (Impression privée).
Knight, Christopher (1997) « Juste qu’elle sorte de bois… ? » Wall Street Journal.
The Staircase (Ann Rinaldi, roman), Gulliver Books.
The Staircase. Téléfilm CBS 12/04/98. Barbara Herschley. David Caradine.
« La Escalera de San José » in San José Revue (Buenos Aires), 1986.
« The Mysterious Staircase of Santa Fe », in Liguorian Revue (1979, Liguori-Missouri).

Publicités
Cette entrée a été publiée le 31 octobre 2007 à 17 h 11 min. Elle est classée dans Non classé et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

5 réflexions sur “Un incroyable escalier, mais vrai

  1. A reblogué ceci sur elricou's powAAAet a ajouté:

    up 😉

  2. Le , Stéphane Cassin Photographie a dit:

    Oui, oui, ça me dit quelque chose cet escalier, si ce n’est pas un fake, c’est tout bonnement incroyable! Mais à l’époque, les « hommes » travaillaient avec patience et amour du métier alors pourquoi pas 🙂

  3. Une belle histoire et un superbe escalier!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :