Ma maladie ou mon mal a dit

Voici mon histoire qui débute en 1998.

Imaginez moi, à 26 ans avec une vie identique à la majorité des jeunes. En l’espace de 15 jours ma vie bascule, tous les soirs impossible de m’endormir avant 3 ou 4 heures du matin (je tourne et retourne dans mon lit) une sensation stressante de picotements dans les pieds, qui au fil de ces 15 jours, va en s’accroissant jusque des pertes d’équilibre à n’importe quel moment de la journée.

Là, je me suis inquiété et j’en ai parlé à une amie infirmière en NEUROLOGIE.
RDV le lendemain avec le professeur du service, « Jackpot » il y a des problèmes, il faut passer une IRM. Une semaine plus tard, résultat de l’IRM, « Monsieur, vous avez des taches qui apparaissent dans le bas de la colonne vertébrale ainsi qu’à la base du cou, à l’époque où il m’annonce ça, je ne marchais presque plus tout seul.
Une semaine de Cortisone à l’hôpital au service NEURO, (je ne sais pas si vous connaissez ce genre de service) en majorité des personnes âgées qui hurlent toute la nuit. C’est délirant angoissant… Je vous passe la Ponction Lombaire recommencée 3 fois, « AIE », demandez directement un Blue Patch si on veut vous en faire une…
L’effet a été immédiat, je remarchais, et « voilà Monsieur, vous pouvez rentrer chez vous ! » Sans plus d’information, juste que des fois ça arrive comme ça et ça repart pareil.

Pendant 3 mois super, évidement à la fin du 3ème, rebelote, ça commençait par les mains, direct hôpital (pour une semaine), sauf que là le 1er médecin que je rencontre me demande directement : « Vous avez une sclérose en Plaques depuis combien de temps ? »
Je lui aurai bien mis ma main dans la figure, je lui réponds, « vous êtes le premier à me l’annoncer ! ». je ne suis resté que 3 jours (les symptômes n’étant pas trop graves).

L’alternative devenait urgente, et c’est là que ma tante qui, niveau hôpitaux en connaît « un rayon », m’a dit « Le préventif y’a plus que ça ». Elle m’a présenté a un praticien de médecine traditionnelle chinoise, qui celui-ci m’a ouvert les yeux sur mon sort ! J’ai donc commencé par changer mon alimentation après avoir lu plusieurs livres sur le sujet, d’ailleurs je vous en recommande un absolument, (« Alimentation 3eme médecine » Dr Seignalet)

Mais changer l’alimentation n’est que le premier pas vers une recherche d’équilibre, car je devais répondre à mes questions. L’alimentation n’était qu’un acte logique pour avoir un corps sain, mais ayant mis beaucoup de choses à plat je me rendais compte que toutes mes certitudes passées ainsi que ma philosophie de vie, n’étaient que mensonges à moi-même et aux autres, tout n’était que jeux de rôles (conscients ou non).

Alors ayant trouvé un début de réponse dans la médecine chinoise, j’ai voulu apprendre les bases de la philosophie chinoise, (TAO).

« En réalité, le taoïsme originel n’est pas une religion, mais bel et bien une « métaphysique » et se rattache en temps que tel à la grande tradition primordiale. Il fut une connaissance, la plus haute de toutes les connaissances, dont l’absolu était l’objet, le TAO pour les Chinois. »

Mais pour me permettre de vraiment faire le jour, je devais commencer une psychothérapie afin de comprendre les mécanismes qui nous font vivre et surtout mal vivre sur le plan psychologique. La famille tient un rôle primordial dans cette quête. J’ai donc commencé à analyser les aspects (surtout) négatifs de ma vie, et me rendre compte que je courais à fond dans la vie mais pour aller ou ? je ne savais pas !

Maintenant je sais où : Droit dans le mur !

Je comptais trop sur les autres pour être heureux (comme la majorité qui ne s’en rend pas compte). Sommes-nous vraiment heureux ? Combien répondent oui en cœur car le conjoint est à coté, ou que les parents hallucineraient si on leur disait « non je ne suis pas heureux », « Avec tout ce que je t’achète t’es pas heureux ? ».Je ne pense pas exagérer.

Finalement ma dernière lecture « La ProphétieDes Andes » de JAMES REDFIELD, résume relativement bien la vision que je vous expose, en y rajoutant même beaucoup de réponses, je vous laisse choisir les vôtres ! En vous conseillant de lire ce livre ABSOLUMENT !

pour conclure je souhaite vous faire découvrir Jacques SALOME qui explique au travers de ses ouvrages ou CD, la complexité de communiquer, la communication joue évidement un rôle prépondérant dans notre évolution (je dois reconnaître encore une fois j’ai été surpris), la communication à notre époque reste bien limitée, alors que les moyens de communication eux évoluent à grande vitesse, sûrement une compensation.

Nous entendons souvent ce que l’on veut bien entendre sans vraiment chercher a écouter l’autre, car écouter demande toute sa concentration, et vous verrez qu’en faisant preuve d’attention vous pourrez décoder de nouvelles attentes chez les autres.


Début 2001, et bien depuis quelques temps mon amie et moi parlions de se séparer, après de multiples (pseudos) tentatives de réconciliations. Nous avons décidés d’un commun accord que la rupture était la meilleure chose.

Pour moi se séparer en bon terme est nouveau, (mais je comprend pourquoi je ne le faisais jamais car la peur qui nous envahie (surtout après 4 ans), nous tétanise, mais je vois cela comme une continuité du virage amorcé après ma maladie; un « mal » pour un bien !

Ce choix n’a pas été facile car il faut pour cela mettre sa vie a plat (tout seul, impossible), qui peut penser être assez partial pour se juger honnêtement ! La psychothérapie m’a permit (surtout grâce au bon praticien), de mettre a plat mais surtout d’analyser les étapes importantes de ma vie et d’en tirer les leçons.

Un futur professionnel sera la solution a cet rage intérieur envers l’amour maternelle (voir plus bas). Mais je le répète c’est au quotidien qu’il faut passer a l’action, même si cela ne réussit pas toujours. (je m’engeulai souvent avec ma mère, et quand c’était le cas, je la boudai jusqu’à ce qu’elle me téléphone, et là nous faisions comme si rien ne c’était passé). Pour la communication et l’honneteté on repassera:)
Ce Noël (2000) n’a pas échappé a la règle, son charactère a fait mal virer la soirée, mais j’ai décidé de partir tranquillement; j’ai attendu 2 jours et je suis repassé la voir, nous avons échangés quelques mots sans plus. Son mécanismes de peur,  » l’autruche, la tête dans le sable, pour ne pas affronter » était encore trop présent.
Ma situation enfin plus sereine, (ne dépendant plus d’elle pour être bien), donc je vais la voir bcp moins qu’avant, juste quand j’ai besoin.

Dernièrement j’ai fais un cauchemar

J’étais face à mon ancien beau-père (la personne que je hais le plus…) Nous étions armés chacun d’un couteau. A tour de rôle nous nous poignardons, avec juste quelques gouttes de sang, il me poignarde une nouvelle fois et a ce moment je vois ma jambe dégoulinante de sang (en me disant ? Je vais en mourir) mais je fais durant le rêve, un rapprochement entre ma maladie et cette jambe en sang. A ce moment précis il me pince fortement au niveau de l’épaule (je me dis que la douleur va me faire perdre encore plus vite mon sang) et que je vais mourir encore plus vite, je me reveille a ce moment.
Vous parlez d’un rêve et ma surprise de revoir ce (
# »~&¤$) de beau-père, 10 ans après l’avoir enfoui au plus profond de moi ! En pensant en avoir fait le « deuil ».
Ma psychothérapeute m’a expliqué que l’amour perdu entre moi et ma mère l’avait été par sa faute, et que la maladie pouvait avoir un lien (mon inconscient me le montrait).

Aprés une nouvelle dispute avec ma mère, elle passa chez moi quelques jours aprés l’étape boudage obligatoire mais ce coup la je décider de lui faire serieusement comprendre mon point de vue, trés rapidement elle remit sa tete dans le sable, alors je la secouait, en la suppliant de comprendre, aprés quelques minutes a parler seul (lui faisant la morale) je compris que mon dialogue était nul, alors aprés un long silence et un m’etre calmer je repris calmement en lui expliquant combien elle etait importante et que si elle ne pouvait pas m’ecouter moi son fils, autant ne plus se voir, la j’ai senti que sa carapace du coeur s’ouvrait, les larmes tombaient. Elle fut dans la possibilités de m’entendre mais surtout m’ecouter donc me comprendre. Depuis pas de dispute ou alors trés bien gérées elle comme moi. Quel merveille de dire la vérité, il faut assumer les conséquences.. la vérité a son prix.
Le temps est donc venu pour moi, de passer a l’acte. Une formation quelque part en France (une future aventure), une future vie de couple basée sur des envies communes aux 2, pour une relation VRAIE. La poursuite de ma recherche vers un mieux être. Car je peux créer ma vie de rêve. (Moi seul définis mes limites).

Après ces années a essayé de comprendre le pourquoi de mes problèmes, après m’être renfermé sur moi-même, je vais revivre avec l’aide des méthodes trouvées.

Je mesure la chance que j’ai, car je sais qu’ils sont nombreux ceux qui ne feront aucune démarches pour lancer ce processus vers une vie meilleure. Cela devrait être le but de chacun.

La seule façon de changer les autres, c’est de changer soi même. Si notre vue sur les autres change, notre comportement vis a vis d’eux changera aussi, leurs vues sur nous, suivra. Notre quotidien s’en trouvera modifié.

L’important étant de garder de vue les vraies questions (pour un mieux être), et de bien écouter les autres. (les réponses arrivent souvent d’une manière inattendue) Mais elles arrivent.

L’essentiel c’est de vivre mieux !

—————————————————

Nous voilà donc arrivé septembre 2002, et je rencontre quelqu’un par « hazard »:-)  juste avant de rentrer definitivement en bretagne; nous tombons sous le charme l’un l’autre, je lui fais toutes mes confidences; que vous connaissez maintenant (voir pages 1 2 3) et elle s’emeut de ma verité, je sens aussi un coté attractif hors du commun, on s’attire. Je voulais donc quitter ma bretagne pour l’alsace et une future vie pro dans les pays de l’est:-)

Je passe les details mais il m’a semblé plus sain et plus en harmonie avec mes attentes de rompre car cette relation n’était pas des plus idéales et cherchant un mieux etre, je constatai que je m’en éloignait..

Aujourd’hui, je suis donc de retour en bretagne et je cherches un emploi, j’y crois et je suis top motiv. Ces années passées a chercher, a évoluer, a aimer et a apprendre, me confirment la bonne route pour laquelle j’ai opté voila quelques années.

Avec le temps je me rends compte que je deviens bcp plus tolerant, je sais maintenant que chacun a son chemin de vie a explorer avec ses problemes spécifiques, ses points forts ses points faibles spécifiques, etc; seule la façon de le vivre importe.

Nous voici début 2004, je suis tjr sur mon chemin, je travailles depuis 6 mois (grace a ma formation), et je songe a monter une entreprise.

————————————————–

Le 09/10/2005 Voilà quelques mois sans nouvelles et même de fermeture du site pour une raison perso, mais apres mûre réflection, grâce à un ami, me revoilà.

Mon actualité, et bien en 1 an et demi que d’aventures.., Voyage aux usa et au canada (Boston, Portland, Quebec, Montreal et New york) whouaa what a trip !!!

Au retour, c’est décidé je monte une société avec un ami, chose faite et voilà déjà 8 mois d’activités, tout se passe bien.. je passe les details sur la « simplicité » de monter une boite en france…

Sur un plan médical rien à signaler jusqu’il y a quelques semaines, picotements de retour, perte de sensibilité des mains et pieds, et genes des reins ainsi que la cage thoracique.

pour l’instant rien n’empechant le travail et « la vie », la suite bientot..

Bientôt bientôt, fallait le dire vite (aujourd’hui le 25 Mars 2007) je reviens a l’écriture que d’aventures et pourtant que d’insatisfactions, doit être ce coté « humain » l’herbe est plus verte ailleurs (partout sauf ou je me trouves). Des voyages, des « rencontres », des expériences et ce temps qui passe cette sensation de stagnation malgrés qu’obligatoirement des changements interviennent.

Ahh si !! J’ai une chatte, Lina, surnom Lili.

Le boulot avance plutot bien il y a evidement des couacs mais c’est surement le seul point positif conscientisable A tel point que je me demande si ce n’est pas ces moments les plus désagréables qui se révelent les plus enrichissants. Paradoxe one more !!

on passe son temps a eviter les déboires et si c’etait pourtant la manière imparable d’évoluer. vous ajoutez une touche de Krishnamurti (penseur ecrivain) ayant une vision de l’amour avec un Grand A, je dirais plutot de grands A.M.O.U.R, enfin je me comprends bref une vision completement différente de la mienne. Si éloignée ?

Peut etre pas tant que çà ! En tout cas dans l’applicatif je suis sur des différences; Un chemin que j’ai commençé de maniere certaine, se révèle plus sinueux quand on a peur, quand on est face a l’inconnu, quand on préfere s’accrocher a nos petits mécanismes de protection (je n’en dirai pas plus, nous avons chacun nos « techniques »).

Le 25/03/2007

—————————————————–

Le 17 Juin 2008 ca fait quelques temps que je ne suis pas passé par ici, normal depuis un an la vie, ma vie a grandement évoluée, la société d’informatique continue de vivre mais sans moi. Ce qui me permet maintenant de me centrer sur des sujets qui m’importe plus, donc j’arrive a la fin de ma première année de MTC (Médecine Traditionelle Chinoise) sujet qui me tient a coeur dont j’ai énormément évoqué ici. J’ai aussi pu appronfondir certaines pratiqueS comme la psychogénéalogie par un stage avec Dominique RAVARIT vaste sujet comprenant la communication; en etroite relation avec Jacques SALOME, la généalogie et ces transmissions inter générationelles.

La psycho-généalogie est une approche thérapeutique qui ouvre sur le monde de nos ancêtres, sur le monde de nos origines. Mais partir sur les traces de ceux qui nous ont précédés nous emmène dans des endroits dont les vivants n’aiment pas forcément se souvenir. Or l’inconscient familial est là et ne nous rate pas ! La plupart de nos choix, qu’ils soient professionnels, affectifs, culturels ou autres, sont influencés par ce que nos ascendants ont vécu. C’est ainsi que nous retrouvons dans l’arbre généalogique des répétitions de toutes sortes : prénoms, métiers, maladies, situations relationnelles diverses autant affectives que sociales…

Mais ce qui m’a le plus touché (certainement car cela concerne un sujet bien précis) c’est le livre de Krishnamurti « L’amour et la solitude ». Ce livre aborde la « vision » de Krishnamurti sur l’Amour avec un grand A.

Au travers d’une enquete personnelle jiddu de son prénom nous incite a chercher en nous même ce que nous definissons comme l’Amour, et peut etre a faire évoluer cette définition personnelle pour devenir vérité universelle. Long est le chemin mais belle et la réponse qui fait devenir belle la vie. Avec acceptation de ce que nous jugeons tres souvent comme négatif mais qui pourtant fait bien partie de la vie a part entière.

Ce qui au travers de ma formation se confirme au jour le jour, la relativité des choses, la vérité est multiples elle dépend de chacun elle dépend de l’angle de vue de chacun.

exemple : prenons un accident de voitures qui a lieu sur un pont; il y a fort a parier que chacun des conducteurs aura sa vérité rajoutons un piéton sur le pont il aura un regard différent donc certainement une vérité différente. Pour finir cette exemple rajoutons un technicien en haut du pilier du pont il voit a son tour l’accident d’un angle différent mais plus globale, avec plus de recul… une nouvelle vérité. qui a tort ou qui a raison ? d’ailleurs n’est ce pas tout le monde qui a raison mais n’oublions pas de rajouter ils ont raison de leur point de vue.

Cet exemple est pour moi, révélateur de tout les problèmes qui nous entourent (proches ou non), la relativité des choses. La vérité est multiples, certes nos éducations (familliales, amicales, scolaires, religieuses et jen passe) nous ont appris qu’il faut pleurer quand on a mal ou quand on est triste mais ce n’est que de l’éducation, si seulement on nous avait appris a rire de toutes choses… Voilà mon chemin… j’ai longtemps cru que ce qui importe c’est la destination (la finalité) mais je commence a découvrir que c’est le chemin (et ses douloureux cailloux ) qui sont le plus important puisque c’est LA VIE.

—————————————–

la suite car y’a une suite et pas des moindre…


Nous voilà en 2012 déjà le 31 juin.

Alors depuis 2007, ma formation en MTC (médecine traditionnelle chinoise) se termine juste, en relisant mes dernières lignes je vois que ces dernières années annonçaient leurs tenants. Krishnamurti en fut une grosse partie.

je me suis installé dans une relation avec E, qui me satisfaisait par certains aspects, mais dont je pouvais constater les dégâts et même si je me plaisais à souligner ces dégâts, j’y participais pour ces aspects pré-cités.

je dis et verbalise tout cela après plusieurs années de réflexion, chacun son sac de nœuds et le temps de le digérer ou de le dénouer.

Donc me voilà à la fin 2009, après un été passé en corse avec un ami W, lors d’une dernière soirée bien arrosée, beaucoup trop arrosée, je ressens rapidement des difficultés à la marche, bourré c’est pas étonnant mais pourtant je savais que c’était la SEP.

Le lendemain et les mois qui suivirent mon état de santé faiblissait énormément jusqu’au début de décembre 2009, ou je fus hospitalisé, tout mon coté gauche étant paralysé, je me renfermais encore plus sur moi même, je pensais que c’était déjà le cas.

un bolus de corticoïdes me fut administré pendant quelques jours (comme lors de mes premières poussées fin 98 99).

Le médecin de l’hôpital me dit « vous pouvez rentrer chez vous et attendre un mois les effets, on verra a ce moment là »

Un mois après, toujours pas de résultat, je suis obligé d’être en fauteuil roulant chez moi (pas pratique) et je vois trés régulièrement un couple d’amis qui m’aident a passer ce mois, en m’accueillant chez eux moi et mon chat. Je revois mon pote me porter sur son dos sous la pluie de sa voiture a chez lui, (non il ne pleut pas toujours à Brest).

Pendant ce temps ma relation avec E est en arrêt pour la énième fois car je trouve cette relation de plus en plus énergivore, autant pour l’un que pour l’autre, mais a ma charge je dois bien admettre que je le constatais peut être plus facilement pourtant je laissais faire..

A nouveau direction l’hôpital toujours aucune amélioration, je commence a entrevoir une nouvelle vie dépendante.

J’explique a mon généraliste que je ne veux pas commencer ces traitements lourds (copaxone, interferon etc…) et que vu que depuis 99 je n’ai jamais repris de corticoïde en milieu hospitalier (bolus), j’aimerai qu’on me refasse un deuxième bolus.

Le généraliste est ok, le chef de service de l’hopital  accepte aussi, me revoilà dans une chambre voisine à celle du mois précédent.

Pourtant le lundi le sous chef de service lors de sa tournée matinale accompagné de sa meute d’étudiant regarde mon dossier et dit a ses élèves « début d’un deuxième traitement par bolus, ca sert a rien le premier n’a pas marché »

Encore un qui vient grossir ma liste de « connards » pourtant elle ne grossissait plus beaucoup. Dés le lendemain je ressens un doigt de pied bouger et je peux lever ma jambe seul, le même sous chef repasse et je lui signale bien que contrairement a ces dires ma jambe bouge…

Ma tante ayant eu des séances de kiné avec le service kiné de cet hôpital elle me conseille d’en parler aux médecins de mon service NEUROLOGIE, le médecin me dit de suite qu’il n’y a pas de place…

Je téléphone moi même au service KINE et explique mon état etc et deux plus tard une kiné du service est dans ma chambre…

Je verrais cette kiné pendant 4 mois. Quatre mois durant lesquels je passerai du fauteuil au déambulateur, à la canne.

Sur le plan relationnel je me remets avec E et recommence a sentir les dégâts que nous  créons, mais y trouvant une dose de satisfaction, nous nous y accrochons et de fait acceptons les dégâts…

Me voilà à l’été 2010, 15 jours sur l’ile de beauté, le retour, accompagné de mes amis W & S, une dernière séparation avec E toujours pour les mêmes raisons…

ce soir là sur un balcon face à la nuit étoilée, la fraicheur de la nuit fait du bien, je suis avec mon ami W entrain de fumer une cigarette et nous voyons une étoile filante, je fais un voeux bête dans ma tête, W me demande si j’ai fais un vœu ?

Je me mords les levres en me disant que faire un voeu aussi con faut vraiment l’être. Je ne dis rien mais me dis que si une deuxieme etoile filante vient la je ne la louperais pas.

Quelques minutes après une étoile filante filant d’ouest en est me réserve sa primeur.:)

Je n’en parle pas à W immédiatement mais je me plais a demander une rencontre avant la fin de l’année.

l’été se termine plus de nouvelle d’E. Je continue ma rééducation seul, je découvre le fonctionnement (enfin un fonctionnement) du système de santé français avec sa « considération » du malade.

Si je devais retenir quelque chose de ces événements médicaux. Il faut être acteur de sa santé et le cas échéant être acteur de sa vie… Ne pas écouter et suivre bêtement l’avis du médecin, il est tellement facile d’aller voir son medecin et de poser sur son bureau son sac de nœuds, l’Art de se déresponsabiliser et de rendre un autre responsable. C’est plus pratique immédiatement certes, mais pour avancer et surtout pas en moonwalk ce n’est pas la meilleure des façons. Ma formation arrive a cette même « conclusion » aider a devenir l’acteur de sa vie et cela en toute circonstance.

La fin d’année 2011 arrivant E me téléphone après plusieurs mois de silence pour m’expliquer qu’elle s’est inscrit sur le célèbre site de rencontre M***** et a fait une rencontre avec un gars a qui elle explique un peu notre relation (ma sep, ma formation etc) le gars lui dit qu’il a déjà vu sur ce site une fiche d’une femme ayant un profil identique. E m’explique qu’elle a vu la fiche du profil de F (:) et qu’elle est sure que je dois aller voir aussi.

Je reponds rapidement qu’il n’y a pas que moi qui ais du trouver des solutiopns grace a la MTC face a des problèmes neurologiques… Je laisse passer une semaine et decide de m’inscrire et de visiter l’intéressée.

Dés ma premiere visite un sentiment d’être là ou je devais m’envahit. Je prends mon courage a deux mains et j’écris un message explicatif du pourquoi et du comment.

Mon premier message à F date de la mi-décembre 2010, une première rencontre est organisé dix jours plus tard mais la neige nous emopechera de nous voir, quelques jours plus tard nous nous rencontrons enfin et ne nous quitterons que pour mon voyage de fin d’étude en chine a l’hopital de chengdu.

Ce voyage sera très enrichissant de par ma rencontre avec le DR Zhou Zhi bing et surtout la séance qu’il me fera juste avant mon retour pour la France.

Cette séance filmée dans son intégralitée me sera salvateur, car le voyage fut relativement difficile.

A mon retour en france, je retrouve F, nous sommes heureux l’un et l’autre, j’envisage de me rapprocher de F surtout que maintenant, un être pousse en F, une cellule qui n’en finit pas de se doubler, bientot la recherche du prénom:)

Un chemin que j’explorais en me demandant toujours pourquoi ceci pourquoi cela, une raison puis deux puis trois raisons, tout un tas de raisons apparaissent.

J’aspire garder en tête le poème de Rudyard Kipling

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties 
Sans un geste et sans un soupir;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot;

Si tu peux rester digne en étant populaire, 
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois 
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère 
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître 
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur; 
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître, 
Penser sans n’être qu’un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage, 
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite 
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front, 
Si tu peux conserver ton courage et ta tête 
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire 
Seront à tout jamais tes esclaves soumis 
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

Si tu peux rester calme alors que tous tes proches 
Semblent perdre la tête et vouloir t’en blâmer, 
Si tu peux croire en toi face à tous leurs reproches 
Mais comprendre leur doute et toujours les aimer ;
Si tu peux espérer sans te lasser d’attendre, 
Si tu ne sais mentir à ceux qui t’ont menti, 
Si celui qui te hait, tu ne peux le lui rendre, 
Mais sans parler en Sage, ou sembler trop gentil ;

Si tu rêves – mais sans que ton rêve t’envoûte, 
Si tu penses – mais non vers d’abstraites hauteurs,
Et si tu sais passer de Triomphe en Déroute 
Sans te laisser berner par ces deux imposteurs ; 
Si tu peux supporter qu’un vil faquin dévie 
Le sens de tes propos pour abuser les sots, 
Ou voir briser ton oeuvre et, penché su ta vie,
Avec de vieux outils assembler les morceaux ;

Si tu peux risquer tous tes gains à pile ou à face, 
Simple lot au hasard d’un seul coup suspendu, 
Tout perdre, et repartir de tes débuts, sans place 
En toi pour un soupir sur ton pari perdu ; 
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, tes tendons, même 
Quand las de t’obéir ils s’en sont détournés, 
Et si ta Volonté, résistance suprême 
A ton vide total, leur dit toujours : « Tenez ! »

Si tu sais rester noble en parlant à la foule, 
Si tu sais rester simple en côtoyant les rois, 
Si pas plus que l’ami l’ennemi ne te foule, 
Si tout homme t’est cher mais nul n’a trop de poids ;
Et si tu peux remplir la minute exigeante 
De secondes valant la course que tu fis, 
La Terre t’appartient et – leçon plus grisante :

Tu seras un Homme, mon fils !

et nous voilà le 25 février 2016…

Et comme disait Rudyard « Si tu peux voir… »

j’ai tout relu j’ai été honnête, comment..?

Non nous revoila le 03 juillet 2016…

Il m’aura fallu quelques mois pour remettre dans l’ordre ce que j’apprete a vous raconter, c’est a dire mes 4 dernieres années, que la plupart pensent iddilique…

J’ai fais mon maximum pour le laisser penser, voir pour me le faire croire, que au moins j’avais toutes les cartes en main pour.

Mon récit s’était arreté en 2012 avec la femme de ma vie et un enfant grandissant dans son ventre.

Je retourne donc là, aprés une première année de rêve vécu en amoureux de son coté comme du mien, je rentre de chine, (j’y étais partis pour finir ma formation de médecine chinoise), aussitot rentré je décide d’aménager avec elle et ses enfants et de l’accompagner dans sa grossesse.

Et sans que je ne vois rien venir au 3eme ou 4 eme mois de grossesse tout a dérapé, j’ai rien vu, j’ai rien compris, j’ai juste réagis…

– je sens que cette partie va être dur et intense a écrire…

J’ai réagis, il suffisait que je dise blanc pour qu’elle me réponde noir, contradictions, je ne comprenais pas nous svaions « un tronc commun » (la médecine chinoise, l’envie d’évolution, de penser et vivre sereinement) je me suis vite retrouver a rentrer dans son jeu et a moi même me plaire a souligner toutes ses contradictions et en insistant bien.

Tout pour bien souffler sur le feu, le petit pas encore né était déjà au coeur des litiges, J’ai pensé qu’a la naissance du petit tout s’arrangerait, et non tout s’est accentué on m’a parlé du baby blues, de la DPP..

F ne voulait pas qu’il pleure, du coup il fallait aller lui mettre le petit doigt dans la bouche, et repartir sur la pointe des piedsn j’imagine que vous voyez de quoi je parle, et cela 4, 6, 8 fois dans la nuit quelle chance, en longue maladie j’avais que ca a faire…

ALD ou pas c’est épuisant et mon état a commencer a décroitre, pour rappel suite a ma poussée de 2009 ou je ne marchais plus du tout, fin 2011 je marchais maximum 1km, et donc j’ai recommencé a perdre en capacité de marche.

Nos contradictions en venaient même au mains et d’un coté comme de l’autre. Au fond de moi je ne voulais pas arreter cette relation même si déletere, c’ezst la femme de ma vie, je l’ai sentie dés le premier jour et je le sens encore, même si ceci ou si cela…

Une seule chose me faisait tenir je fumais mon joint tous les soirs pour décompresser et heureusement qu’il était là sinon ca aurait viré au cauchemard pour sur.

J’ai commencé a fumé vers 16ans et plus régulièrement vers 18ans environ donc vous comprenez que mon histoire qui commence (en haut de la page – en 1998 je fumais déjà)

Je n’aurais jamais vécu cette maladie et tout ce qui en a découlé de la même manière.

Quoi qu’il en soit je me replonge dans cette guerre amoureuse « amour » un autre facteur important que je ne dois pas ommetre le Sexe, souvenez vous que vers 2008 j’ai eu cette relation avec E, relation uniquement Sexuelle avec les affres qui en ont découlés aussi évidement, cette relation (non cette sexualité) m’a transformée, alliée a la fumette cela m’a fait voir et croire que mes besoins étaient comme ci ou comme cela, donc cela fossait aussi la relation avec F et le sexe était durant la période houleuse notre seul point de « réconciliation » mais il est aussi devenu aussi un point de friction du fait de cette vision faussée, « il m’en faut plus, et comme ci et comme ca » et la fumette qui calmait la cocotte minute tous les soirs.

Pour etre encore plus prompt a réagir le lendemain dés la première contradiction…

Nous avons consultés plusieurs persoones pour aller mieux, un petit peu mieuxs, mais la causalité du problème demeurait donc cela continuait et fin 2015 j’ai consulté quelqu’un qui pratiquait la « maïeutique » (faire accoucher les âmes), dés la premiere séance elle m’a demandé qui m’animait ?

Ma tête ou mon coeur ? J’étais fier de répondre « MA TETE » et de la tout s’est enchainé rapidement et tout prenait sens

Vous voyez le piège se refermer ? Ben moi je voyais rien mais j’y allais.

Mon état continuant de se dégrader, j’ai du repasser par l’hôpital, et finalement en février 2016, aprés un énieme bagarre, je me suis dis que j’allais finir dans un trou ou au mieux dans un fauteuil roulant, pour mon fils, pour moi, pour elle, pour l’Amour que j’épprouve envers elle on s’est mis d’accord; séparons nous !

J’ai rejoins mon far west d’origine (le finistere) seul…

Comme par magie tout s’est mis en place pour mon retour, mon unique et seul ami (que je cotoyais m’a accueilli a bras ouvert) en me montrant mon ancien appart disponible, « il est la il t’attend »

j’ai enménagé sans aucune affaires, mes anciennes connaissances m’ont équipé canap assiettes couverts micro ondes etc, et un gros morceau pour fumer plus que raison.

Et me voila chez moi seul face a mon chagrin, j’ai perdu la femme de ma vie, j’ai perdu mon fils, et ma santé.

Et seul tout a continué de s’enclancher, a s’engrener, les « coincidences », des petites choses qui mis bout a bout on commencer a soulever une montagne, ma montagne, « MOI »

Aprés quelques moi j’ai était dans mes idées et dans mes expérimentations solitaires, la fumette (qui m’a aidé et bien poser les choses),le sexe (de constater que c’est pas l’action qui rend l’acte beau, agréable, merveilleux, c’est ce qui l’anime, c’est ce qui anime chacun des partenaires).

Mais a l’inverse de mes 44 premières années, ce coup-ci il y avait aussi cette phrase qui persistait « c’est qui t’anime ta tete ou ton coeur ? »

Je me suis inscrit sur Facebook, je voulais dire aux gens qui m’importait que je n’avais pas su leur dire qu’ils etaient important pour moi et que j’en étais désolé, je l’ai fais cela m’a fait du bien.

En même temps que « j’experimetais » au fond de moi grossissait quelquechose qui ne m’avait jamais effleuré ni tenté.

Rapidement je me suis laissé aller, j’ai pris mon téléphone et j’ai téléphoné a l’église d’a coté de chez moi et j’ai eu un rdv car je voulais me confesser, j’ai été, j’ai été reçu par un vieux prêtre qui m’a parlé, qui m’a écouté, un poids inamiginable s’est envolé de mes épaules.

Le lendemain matin je recevais une newsletter sur la santé qui expliquait qu’un traitement gratuit et qui mettra des dizaines d’années avant dêtre prescrit était a éssayé « dire merci »

Quelques jours plus tard j’ai pu entendre un prêtre coréen qui expliquait que prier était simple, que respier et dire merci etait une façon simple et efficace de prier, j’ai experimenter et en effet c’est effticace, mes coincidences continuaient; seul chez moi face a ma TV je tombais nez a nez avec Morgan Freeman qui animait une série s’intitulant « The story of God », série qui montrait les lienjs étroits entre la science et la croyance (les gens qui croit en un dieu ou en autre chose cela se constate par IRM…)

Il y aurait beaucoup de choses a dire car chaque épisode recelait beaucoup de choses interpellantes.

Pour continuer je suis tombé un jour sur une émission radio ou on parlait d’un astrolgue décédé qui expliquait souvent que le mot enthousiasme venait du grec « inspiré de Dieu ».

De ces découvertes et autres expérimentations, j’arretais du jour au lendemain de fumer, je pus comprendre que j’avais créer ce brouillard autour de moi que je pensais salvateur, mais que finalement j’avais créé mon « enfer » .

Aujourd’hui voilà deux mois que j’ai arreté de fumer, je suis fier de moi car j’ai pu me regarder et me demander ce que je voulais vraiment vivre.

F et moi nous aimons encore, notre enfant est adorable, je veux aller mieux et pouvoir vivre avec eux, nous ne vivrons pas desuite ensemble, nous devons l’un et l’autre nous retrouver , nous reconstruire chacun de notre coté, pour vivre ce que nous avons chacun a vivre.

Sur un plan plus médical, c’est pas simple dur de marcher droit quelques mètres, dur de faire le minimum de ménage chez moi, ma Lina (ma chatte qui perd ses poils), l’aspi qui est compliqué,  du coup je commence a demander de l’aide (merci FB), je découvre que le ménage est pas si simple surtout que l’aide demandée ne concerne que le ménage… encore un dossier a monter.

Quand je pense que je suis diagnostiqué depuis 1999 soit 17 ans  le traitement qui m’était conseillé 3000-4000€ /Mois soit 48000€/an soit 816000€ d’économie a la sécu, et il faut se battre pour un peu d’aide… qui finalement refusée…

j’ai modifié mon alimentation, je développerai d’ici peu

je développe dans ces deux vidéos ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=f8kop2DRHzk

https://www.youtube.com/watch?v=OLmUU2iKnE8

08/04/2017

L’alimentation :

Un ami David pour ne pas le nommer, m’envoie une vidéo en me disant « je ne l’ai pas regardée, mais ca devrait t’intéresser »

en effet, Cette vidéo montre un homme qui a solutionné sa sclérose en plaques par l’alimentation, mes « coïncidences » continuent et me font voir aussi la Dr Terry Whals qui a aussi solutionnée sa sclérose en modifiant son alimentation, un troisième se joint a eux Thierry casasnovas, idem il a solutionné son problème de tuberculose de la même manière.

Je ne le sais pas encore mais je viens de mettre un pied sur la plus grosse marche de ma vie, surtout si cette marche est synonyme de retour a la santé.

Voilà donc un an que j’ai changé totalement mon alimentation, je ne développerai pas ici, je mange uniquement cru, fruits et légumes (j’ai incorporé des jus depuis environ 6 mois)

Je suis toujours motivé pour chercher une voie plus traditionnelle, que la voie unique conseillée par la médecine, cad les médicaments et le fauteuil roulant.

La prochaine marche s’appelle Jeûne et Hygiènisme – marche ultime et logique. → a suivre;)

Contact : mixate@hotmail.com

83 réflexions sur “Ma maladie ou mon mal a dit

  1. Le , someone you use to know : ) a dit:

    alors, la suite?

  2. j ai quelqun dans mon proche entourage qui a la scp,
    je comprend ce que vous écrivez
    la personne que je connais a un traitement américain, je ne sais pas le nom, je ne parle plus de maladie avec elle,
    je crois savoir qu’il y a des recherches sur les piqures d’abeilles pour soins scp
    j’ai été touchée par vos ecrits et j’ai meme arreté de lire,
    bon j’ai vu aussi la video bébé tout mimi, et là j’ai retrouvé le sourire ! il est craquant !

    • merci pour ta lecture et ton message, souvent j’oublie le chemin en me focalisant sur le problème ou les problèmes du moment, et ton message me fait me souvenir de tout ce chemin fait et des leçons ou enseignements tirés
      Merci 😉 de me le rappeler surtout aujourd’hui 🙂

  3. tu sais j’ai assisté à des séances salomé, et donc j’ai meme une carte d’une amie sur laquelle elle me parle des mal à dit, j’ai trouvé la coincidence incroyable, et donc le hasard n’existe pas,cette carte et accroché a mon mur de salon, elle m’a appris la symbolisation,
    tu sais, je suis en ce moment justement en train de penser à ma vie et à une situation justement difficile pour moi, et je cherche la vérité, bref, c’est fou car la je viens de tout relire, et tu es riche d’enseignement franchement, bon moi j’ai pas fait encore la route, suis au debut de l’interrogation, vers un meilleur et une solution, mais ce que tu dis me parle,tu vois tu me dis merci de te rappeler cela surtout aujourdh’ui bah moi c’est idem, je cherchai une voie et tu m’en indique une .
    en tous les cas, une chose, c’est certain c’est que l’amour d’un enfant et je sais de quoi je parle car je suis une multimaman lol, donc c’est aussi tellement changeant en nous !

  4. Très émue par cet article, au fond la mal-a-dit vous a obligé de remettre votre vie en question et lui trouver un sens. Courage !

    • merci pour ton message Élisabeth, comme tu dis cela m’a obligé a trouver un sens a ma vie, mais pour être honnête, je remets tout les jours l’ouvrage sur le métier, car entre la théorie et l’application, une vie suffira t elle ? je me le demande 🙂

  5. Bravo pour ce cheminement …

  6. Quel parcours du combattant. C’est des histoires comme les tiennes qui me donnent l’envie d’être un soignant exemplaire dans son éthique vis à vis des malades. Quand je vois le médecin qui t’as annoncé t’as maladie, le dégout s’empare de moi.
    Tout homme qui soigne se doit d’avoir du tact et une bonne dose d’empathie pour son patient.
    Tu as toute mon admiration pour ton courage, bravo !

    • merci pour ton message

      le chemin me montre tous les jours que c’est moi qui choisi qui et comment on veut s’occuper de ma santé.
      Je suis l’acteur principal pour une fois.
      Hélas on nous aide pas a l’autonomie, mais plutot a etre le consommateur de base (qui ferme sa gueule et qui paie)

      • Et pourtant à la faculté, les professeurs les plus sensibles nous encouragent à laisser au patient le choix pour sa propre santé. Comme tu dis le malade est le principal protagoniste dans son affection. Le médecin en principe n’est là que pour l’accompagner, le guider et lui proposer des clés…
        Il est aberrant de voir des soins imposés tel des objets de consommation, le modèle paternaliste a montré ses limites. On parle pourtant d’humains.

  7. Je n’étais pas encore passée sur cette page, je viens de la découvrir et de te découvrir.
    La maladie est souvent riche d’enseignement, je l’ai vécu également.
    Ce poème de Kipling a toujours été la voie à suivre montrée par mon père et je l’ai relu avec beaucoup d’émotions.

  8. Je viens de lire le résumé d’une partie de ta vie et certes,la plus difficile.Je ne suis pas malade ou alors,je l’ignore mais même si on a la santé,on n’est pas forcément heureux. »Etre acteur » de sa vie est une chose qui m’interpelle et remettre tout en jeu n’est pas toujours aisé.Il faut avoir une grande force et accepter les déceptions en se disant que ce sont des étapes à franchir pour que notre vie soit ce qu’on veut qu’elle soie.Je viendrai relire le poème de Kipling,à tête reposée.C’est important.Merci à toi.

  9. salut à toi! merci pour ton témoignage de vie qui peut en aider plus d’un. Moi tu sais je suis atteint d’une maladie psychique. C’est pas toujours rose mais des temoignages tels que le tien permettent de se dire que même si on en bave on peut tout de même s’en sortir. J’ai vu les images du bébé qui sont adorables, encore merci et je te dis à plus tard sur WordPress 🙂 Frédéric.

  10. Ton parcours est émouvant d’autant que tu n’as pas été aidé ou diagnostiqué dès le départ ! J’ai aussi un parcours du combattant, différent du tien et pour une autre pathologie mais j’ai appris ces dernières années à être actrice, correctrice aussi de certaines idioties sorties par des internes qui ont encore la tototte dans la bouche et malgré les difficultés j’ai trouvé un sens à ma vie, au jour le jour, un sens qui a du sens et c’est cela l’essentiel. Et aimer, en prime ! 🙂

  11. Le , desecoles a dit:

    très émue de lire tous ces commentaires !et fière d’être un peu le fil conducteur à l’origine de ta réflexion ,de ton parcours et d’accompagner ton combat !!! je t’aime mon neveu !!!

  12. ♥!!!!
    Mixate, Je te lève mon chapeau!!!!!
    Tu t’es pris en mains, tu fonces et mords dans la vie!
    Nous nous faisons la vie dure parfois et comme tu le mentionnes, les objets n’amènent qu’une illusion… Être heureux c’est de s’accepter, de se comprendre et de savoir voir les points positifs aussi petits qu’ils puisses être, ils sont primordiaux au moral. Si le moral tient le cou, c’est un gros morceau, je dirais même la moitié du chemin de fait!
    Amitié!
    Francis/ l’pufcorn endiablé..

    • Merci pour ton message Francis 😉
      Le moral c’est comme tu dis le plus important quelqu’en soit le %

      Au plaisir l’pufcorn 😉 (endiablé)
      Ps : tes d’ou ? Moi du 22 Bretagne 🙂

      • Plaisir mon Cher!
        Effectivement, le moral et profiter de tous les bons moments, aussi petits qu’ils puissent être 😉

        Ohh, je suis de l’autre côté de la grande flaque Atlantique…
        Rouyn-Noranda, Québec, Canada.

        http://goo.gl/maps/EzMGq

      • 🙂 yeah
        J’aime le Canada, j’ai testé Montréal et Québec que j’ai préféré mais c’est plutôt fréquent j’imagine 🙂

      • Pour ma part, je préfère la ville de Québec, plus pittoresque, les gens sont plus relaxes que Montréal, cette dernière est plus populeuse, condensée et les gens sont trop pressées à mon goût… Mais ce n’est que mon avis et expériences 😉

        Mais cela ne fait pas que les gens de Montréal ne sont pas gentils 😉 Bien au contraire et c’est plus multi-culturel à Montréal.

      • Quand j’étais a Montréal s’est fait volé son passeport dans une salle de billard, mais les gens rencontrés étaient sympa, mais c’est vrai qu’à Québec en plus sous la neige même si on a dormi a l’auberge de jeunesse, c’était franchement génial
        😉

      • Un point positif dans la négativité 😉

  13. Comme bien d’autres, ce billet me touche. Trouver un sens à sa vie, être l’acteur de sa vie, voilà un dur labeur qui relève parfois du défi. Ravie de te connaître mixate, d’autant que j’ai pointé plusieurs intérêts communs et points de vue sur la vie (dans le désordre: Salomé, NY,musique-Trip hop, St Brieuc, poésie, s’interroger sur soi, la vie, trouver sa voie, être heureux …).

  14. Quel bel exemple de courage et d’amour. Votre combat vous a permis de donner la vie et vous prouvez que le chemin qui mène à l’acceptation de soi ouvre sur celui des autres et apporte l’apaisement.
    J’ai lu « T’es toi quand tu parles » de Jacques Salomé et je crois que la parole, lorsqu’elle est bienveillante, a un pouvoir magique sur les être. Celui de guérir les plaies les plus profondes.

    • oui je suis d’accord la bienveillance est puissante, hélas ces dernières années ne furent pas si simple que cela et j’ai pu apprendre que les chemins de l’enfer sont pavés de bonnes intentions et quand ces intentions sontpour les autres hélas on peut (j’ai pu être plus que surpris) mais la vie d’un bébé vaut surement tout cela, et l’amour vaut aussi surement ces belles baffes 😉
      enfin je me comprend 🙂

  15. Tu as aimé le 1er article de l’Université Nomade sur le blog de Maître Renard et j’ai eu envie de faire mieux connaissance avec toi en visitant ton blog 🙂 Tes articles me parlent bien, beaucoup de points communs dans les lectures et tes prises de conscience sur La Vie!! Que ton cheminement t’éclaire de mieux en mieux! A bientôt avec les chroniques de Maître Renard.

    MARIELLE de l’Université Nomade

  16. Je viens de découvrir ton blog et tes confidences sur ton parcours. Ton cheminement est très touchant et intéressant. Que ceux qui se perdent en route puissent, par ton exemple, trouver leur chemin car se remettre en question n’est pas donné à tous. Que la paix soit avec toi… 🙂

  17. Pingback: The Butterfly Light Award | elricou's powAAA

  18. Le , Béréenne attitude a dit:

    Allo Eric ? Tu es en vacances ? Tu vas bien ? (Je n’ai pas tout suivi, peut-être que je ne suis pas au courant de ton absence mais comme je ne te vois plus, je m’inquiétais un peu …)

    Quelqu’un à des nouvelles d’Eric ????

    • Coucou de mon lit, c’est mea culpa je suis assez absent c’est derniers jours, projet de construction de maison qui prend forme oblige 😉

      Gros bisou i’ll be back 😉

  19. ;-)) quel beau message, dans ce récit si vécu en intériorité… qu’en simplicité…d’un combat….
    émue de me retrouver en bas de cette page, fière de n’avoir pas sombrée en compassion… mais plutôt en admiration … devant un Tel Mental… et si l’étoile filante t’a entendu…. c’est que ton cœur est une jolie fleur plein de saveur…. aussi…
    ton message renforce ma pensée…. que devant le fardeau… nous pouvons Tous… nous dépasser….
    ai eu les miens Mixate, en d’autres domaines… et seul mon Mental, m’a fait levé les yeux plus hauts….
    et d’apercevoir, recevoir, prendre tout le Bon pour nous réaliser…. ;-))
    aussi… te dis Merci… car le hasard n’existe pas… et ta Page devait là lire à cet instant… pas pour Rien….
    bizouxx cher Combattant…de la Vie….

  20. Ça me fait penser aux 12 travaux d’hercule vos aventures , avec à chaque fois des prises de conscience et rebelote et reprise de conscience …

  21. Mixate, j’ai été très touchée par ton récit, qui je l’espère, n’est pas fini !
    Je travaille dans un hôpital, un CHU, et je connais très bien, trop bien devrais-je dire, le système médical occidental… Dès que j’ai eu mis un pied dedans en professionnelle, j’ai vu ce qui s’y passait. J’essaie de « court-circuiter » vers d’autres façons de se guérir, tous les patients qui passent par moi (je suis diét, et je bosse en transversale, notamment en service neurologie), je les envoie vers d’autres personnes (médecin MTC, ou psychothérapeute, uniquement des gens que je connais et dont je sais comment « ils travaillent »), selon que je ressens leurs besoins de travailler sur eux…. car j’entends des horreurs toute la journée … Ils sont en général transformés, lorsqu’ils reviennent me voir…
    La médecine allopathique soigne un organe qui va « mal ». Mais comme tu le dis si bien : « le mal a dit ». Il a dit quoi ? C’est dans la réponse qu’on trouvera sa guérison. La médecine holistique s’occupe de toute la personne, le physique, le mental, l’émotionnel et même le spirituel… Cela fait une énorme différence! Nous sommes UNE personne, et pas un foie, un pancréas, ni même un cerveau… Mais combien de patients je vois en consultation, envoyés par des médecins de l’hôpital, qu’on a même culpabilisés de leur état !! Un exemple : une personne en surpoids qui a perdu 4 bébés in-utéro (grossesse 4 à 5 mois), à qui on a dit « madame, vous êtes trop grosse, c’est pour ça que vous perdez vos bébés »! Dépression s’en suit, elle se sent coupable, atterri devant moi, prête à faire un régime draconien et dans l’attente que je lui compte toutes ses calories… Nous parlons alors de son histoire de poids, et elle me confie très vite qu’elle a été abandonnée par sa maman, puis reprise, puis re-abondonnée, etc etc …. Ensuite, à l’adolescence, elle comble son manque affectif par la nourriture, et elle devient boulimique et prend du poids, pour se protéger… (ensuite, c’est du biodécodage)… Je l’envoie donc chez une personne, anciennement médecin généraliste, reconvertit en médecin MTC, bio-magnétiseur, etc .. Évidemment ses fausses couches (sur lesquels un psychologue de l’hopital ne travaille que sur ses deuils et non les causes !!) ont des causes-racines. Je l’ai revue, transformée, positive et déculpabilisée. Elle fait du travail sur elle, maintenant… En fait la médecine occidentale est réductrice. Les traitements soignent le symptome sur le moment, mais il faudrait que les gens qui mettent le pied dans les hopitaux puissent avoir accès à l’information que ces médecins en blouse blanche ne sont pas des dieux, et qu’il existe « autre chose » à côté, d’autres façons de faire parler leur maladie, leur mal être… Mon combat de tous les jours, c’est de leur faire comprendre ces causes-racines de leur pathologie, et de les aiguiller vers d’autres chemins… Moi-même, me formant aussi à des outils holistiques…
    Donc ton histoire me touche, car elle rejoint tellement de personnes que je vois tous les jours, et je suis très heureuse pour toi, que tu connaisses le bonheur, et que tu aies pu te sortir du chemin tellement réducteur de notre médecine allopathique…
    J’espère lire très vite la suite de ton histoire 🙂
    Bonne journée. Nadine

  22. Je viens…enfin….de lire toute ton histoire de vie. La maladie, aussi cruelle soit-.elle t’a ouvert une porte sur toi-même….

    Bien cordialement
    Marie

    • Merci pour ton mot marie
      en effet j’ai dis pendant longtemps qu ema maladie m’avait permis plus de choses qu’autre chose.
      Mais ca peu de gens comprenaient ça voir trouvait ça horrible de parler comme cela.
      C’est ma santé, c’est ma vie…
      Donc oui elle m’a permis bcp de choses, tellement de choses…

      Cordialement
      Eric

  23. Le , Bernieshoot a dit:

    Une présentation au fil de la vie qui respire le vrai

  24. C’est étrange, comme je ne raconte jamais rien de moi, je lis rarement ce que les gens écrivent en guise de présentation, c’est donc la première fois que je jette un oeil d’abord curieux puis intéressé à cette longue présentation… tout un parcours !

  25. Pingback: UN OUBLI | elricou's powAAA

  26. j’ai lu un quart de ton texte et …..je réponds de suite 🙂
    je te remercie pour l’intérêt que tu portes à mon blog…..mais il n’y a pas de hasard 😉
    les noms que tu mets en ‘bleu’ me sont trèèèès connus….bien sûr
    et mon récent article ‘se souvenir’ parle de ma convalescence suite à un AVC qui n’a été diagnostiqué comme tel que 10 ans plus tard car on me parlait plutôt de sclérose en plaques en 1992 (l’AVC n’était pas encore ‘connu’….lol)….j’avais 33 ans et deux pitchounettes de 3 et 6 ans…..et tout le côté droit paralysé (+ gros problèmes d’élocution….)
    je vais bien, sans séquelles ‘apparentes’ et le *sens* de mes photos, c’est de célébrer la Vie et d’en comprendre les méandres…..ET AUSSI de partager avec celles et ceux qui cherchent à comprendre…….
    contente d’avoir fait ta connaissance, ce matin 🙂
    belle journée à toi

    • merci pour ton message
      🙂
      j’ai pas encore reussi a trouver la force de renseigner la « derniere » partie 2010-2016…

      • tu vas trouver cette force à travers ce que tu *observes*…….

      • la je suis dans une phase de récupération avant tout.
        enfin savoir penser a soi…..

      • j’ai lu ton récit
        j’ai lu la prophétie des andes en 90 juste avant mon AVC
        et j’ai rencontré personnellement Salomé en 2000 et en 2009 (mais pas depuis son propre problème de santé)
        bref…..tu es donc papa?
        as-tu entendu parler de la fasciathérapie? et les quatre accords toltèques, ça te parle ou non?
        hihihi……..mes questions n’appellent que les réponses que tu auras envie de donner 🙂
        douce journée à toi, éric

      • les accords, je valide 😉
        la fascia je connais pas, je vais regarder ca

        papa exact d’un petit Adam pas si petit que ca d’ailleurs mais avec une présence qui me laisse des fois bouche bée 🙂

      • oui, je me suis baladée ds tes pages tout à l’heure et j’ai eu la réponse à ma question en voyant ce petit bonhomme qui a 3 ans à présent, c’est ça?
        moi c’est mon petit-fils, titouan, qui vient d’avoir 2 ans 🙂
        je ne sais pas si tu trouveras qq chose sur la fascia car ça vient de changer de nom mais ma fille qui est sage-femme et son mari qui est kiné se sont formés à cette approche car c’est grâce à ça que j’ai pu récupérer (et d’autres personnes comme moi après que je leur aie donné l’info)
        donc nous avons aussi les accords en commun? on est en plein ds la prophétie des andes, alors? lol!
        allez, bisous, éric!

      • exactement en plein PDA (prophetie des andes)
        les accords c’est mon « ex » qui ma fait découvrir ca
        a chaque generation son livre, tant que ca permet d’apprendre pour mieux vivre…

        j’ai bien compris le message fasccia 😉 merci

      • avec plaisir, éric 🙂

  27. Bonsoir
    J’avoue ne pas avoir tout lu ( je repasserais ) ,mais ……Je suis malade aussi ( épileptique ) depuis l’adolescence => Un traitement lourd sous peine de crises à répétition . Mais ce traitement a des effets secondaires : Perte de mémoire , difficulté de concentration etc……
    Je vis seul , avec cette infâme compagne ….Elle ne me quittera jamais , alors j’ai pris le parti de  » l’adopter  » : C’est à dire ne plus la cacher comme il fut un temps . Chacun ici et dans ma vie quotidienne le sait : Le fait de  » l’exposer  » , l’accepter m’a rendu plus fort ( moins faible en tous cas )
    A bientôt
    Francis

    • merci pour ton message Francis, l’acceptation, le regard dds autres…

      je connais ca encore aujourd’hui dans certaines situations…

      pas tjr facile de cheminer 🙂

      merci bcp pour ton message

      eric

  28. Très ému par ton article. Merci !

  29. Cet article est bouleversant de simplicité … C’est très beau d’écrire cela, avec des mots qui coulent de source.
    Il fait écho en moi, qui suis kiné et vais commencer une formation en médecine traditionnelle chinoise.
    Et ce poème est magnifique.

    • bonjour
      merci pour ta visite, c’est marrant ton message qui parle de ce poème que j’ai mis du temps a trouver la cohérence et a trouver comment raconter la suite qui finalement fut tellement enrichissant et douloureux donc dur a verbaliser, mais ton message m’y a « pousser » 😉

      merci
      eric

      • J’adhère beaucoup à l’idée soulevée dans l’article qui est le paradoxe que chaque « mauvaise » chose de la vie nous fait grandir et murir d’un coup…
        Merci d’avoir publié la suite !

  30. je comprends tellement mieux tout ça!

  31. Pour ma part, j’ai gagné à la loterie…. La SPA (spondylarthrite ankylosante) et quelques autres joyeuseries…

    Courage elricou’s.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :