Amy Parker – Trop de bio rend malade…

>> Encore un courrier de JM Dupuis, toujours pertinent et qui s’attaque a la désinformation qui pullule sur Internet.

Le cas d’amy Parker est énorme, il suffit de chercher sur un moteur de recherche, et les articles pleuvent…

un exemple

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Un émouvant article a été publié dans le magazine en ligne Slate [1] : « Je suis la fille d’une ayatollah du bio des années 70. Je n’ai pas été vaccinée. Mon éducation a été gouvernée par des préceptes d’une draconienne salubrité : pas de sucre jusqu’à l’âge d’un an, lait maternel au-delà de la première année, légumes bios cultivés à la maison, lait cru, pas de glutamate, pas d’additifs, pas d’aspartame.

Ma mère avait recours à l’homéopathie, à l’aromathérapie, à l’ostéopathie ; nous ingérions quotidiennement des suppléments de vitamine C et d’échinacea ainsi que de l’huile de foie de morue. » L’auteur, Amy Parker, se présente comme une simple maman anglaise de deux enfants. Elle continue sur plusieurs paragraphes à décrire le mode de vie sain de son enfance, avec peu de viande, de l’eau, la vie au grand air, pas de nourriture industrielle.

Puis elle explique : « L’apparente salubrité de mon style de vie ne m’a pas empêchée de contracter la rougeole, les oreillons, la rubéole, un type de méningite virale, la scarlatine, la coqueluche, une angine par an et la varicelle. Lorsque j’avais une vingtaine d’années, on m’a trouvé des lésions précancéreuses dues au papillomavirus et avant qu’elles ne soient retirées, j’ai passé six mois de ma vie à me demander comment j’allais annoncer à mes enfants de moins de 7 ans que Maman allait peut-être avoir un cancer.

Par conséquent, les craintes des militants anti-vaccins qui clament que nous nous faisons « stériliser l’immunité naturelle » ne marchent pas avec moi. Comment, malgré mon enfance idyllique et mon alimentation incroyablement saine, ai-je pu tomber sans arrêt et si atrocement malade ? »

Amy Parker explique ensuite que, grâce à la vaccination, ses enfants sont beaucoup moins malades qu’elle : « Mes deux enfants vaccinés, en revanche, sont rarement malades et ont dû prendre des antibiotiques au maximum deux fois dans leur vie. Pas comme leur mère. J’ai eu tellement de maladies nécessitant un traitement aux antibiotiques que j’ai développé une résistance, ce qui m’a conduite, à 21 ans, à être hospitalisée pour une amygdalite purulente résistante à la pénicilline – vous savez, cette maladie de jadis qui aurait causé la mort de la reine Elisabeth I et qui a été quasiment éradiquée grâce aux antibiotiques.

Mes enfants n’ont contracté d’autre maladie infantile que la varicelle, qu’ils ont tous les deux eue alors que je les allaitais encore. » Cette histoire, qui continue sur plusieurs pages, a évidemment « fait le buzz » sur Internet. Sur le site américain de Slate, il a été salué par une ovation triomphale des anti-médecines naturelles, et a récolté 156 000 likes sur Facebook, signe d’une immense popularité. Sur le site français, les commentaires sont moins positifs mais l’article a déjà plus de 22 000 likes. Le problème est que, à y regarder de plus près, il n’est pas sûr que ce « cri du cœur » vienne d’une simple maman qui n’aurait aucune intention derrière la tête. Le vaccin qui n’existait pas Pour commencer, Amy Parker laisse entendre que c’est parce que sa mère était une « ayatollah du bio » et opposée aux vaccins qu’elle est si souvent tombée malade. Or, dans les années 70, en Angleterre, il n’y avait aucun vaccin largement diffusé pour aucune des maladies qu’elle dit avoir attrapées. Le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéoles), appelé MMR en anglais (Measles, Mumps, Rubella) n’a été introduit en Angleterre qu’en 1988 [2]. Le vaccin contre la coqueluche n’est toujours pas obligatoire aujourd’hui. Et celui contre le papillomavirus encore moins, puisqu’il n’a été autorisé qu’en octobre 2006 par la Commission européenne !

Pire encore, elle cite la méningite virale, la scarlatine et les angines, alors qu’il n’existe pas et n’a jamais existé de vaccin contre ces maladies. Quant au vaccin contre la varicelle, le très officiel Comité Technique des Vaccinations lui-même recommande de ne pas l’utiliser [3]. Ces éléments ont bien sûr éveillé immédiatement mon attention, ainsi que le fait qu’Amy Parker dit avoir été sans cesse traitée aux antibiotiques par ses parents, au point de développer une résistance. Pourquoi tant d’antibiotiques ??

Pourtant, mise à part la coqueluche, aucune des maladies qu’elle cite ne se traite par des antibiotiques. Les angines elles-mêmes sont en général d’origine virale, et les traitements antibiotiques ne sont alors ni nécessaires ni efficaces. On ne comprend donc pas pourquoi sa mère « ayatollah du bio » l’aurait bourrée d’antibiotiques. On comprend encore moins comment, par la seule grâce de la vaccination, ses enfants n’attraperaient pratiquement jamais de maladies : les rhumes, les gastro-entérites, les otites, les angines, la grippe sont des maladies très répandues, qui touchent indifféremment les personnes vaccinées ou non. Drôles d’histoires…

Côté alimentation, la mère d’Amy Parker ne lui « donna pas de sucre jusqu’à un an ». On en déduit qu’elle se mit ensuite à manger du sucre, et elle explique elle-même avoir bu du lait et ne signale aucune restriction particulière concernant le blé et le gluten. Je ne porte pas de jugement sur ce choix de régime alimentaire – chacun est libre de se nourrir comme il veut – mais il me semble tout de même exagéré de décrire comme une « ayatollah du bio » quelqu’un qui inclut sucre, lait et gluten dans son alimentation sans se poser plus de questions. Elle explique que sa mère lui interdisait l’aspartame. Mais l’aspartame n’existait pas en Angleterre dans les années 70 (il ne fut autorisé qu’en 1982). Elle affirme avoir été diagnostiquée à l’âge de 20 ans, donc en 1997, de lésions précancéreuses causées par le papillomavirus. Pourtant, le dépistage du papillomavirus n’a été introduit dans le système de santé anglais (NHS) qu’en 2012. Et il est très très improbable qu’un médecin attende alors 6 mois pour agir.

Sorcellerie Mais là où Amy Parker commence à vraiment paraître étrange à son lecteur, c’est quand elle déclare un peu plus loin : « Dans les années 1990, jeune mère de 19 ans effrayée par le monde dans lequel je mettais mes enfants, j’ai étudié l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie ; je croyais aux anges, à la sorcellerie, aux voyants, aux cercles de culture, aux extraterrestres de Nazca, à de gigantesques marins roux qui auraient communiqué leurs connaissances aux Aztèques, aux Incas et aux Égyptiens, et je pensais que le Saint-Esprit m’avait accordé un genre de pouvoir de guérison.

Je me faisais lire l’aura au prix du caviar et je filtrais le fluor de mon eau. Je choisissais de vivre des épisodes d’une vie antérieure plutôt que de prendre des antidépresseurs. Je suivais les conseils quotidiens des cartes de tarot. Je faisais pousser mes légumes et je fabriquais mes propres remèdes à base de plantes. » Encore une fois, je ne porte aucun jugement sur les croyances particulières d’Amy Parker. Mais ce qui me met vraiment mal à l’aise dans son discours, c’est qu’elle assimile de façon délibérée des pratiques et des croyances qui n’ont rien de commun entre elles. Faire pousser des légumes et fabriquer ses propres remèdes à base de plantes ne peut pas être mis sur le même plan que croire aux extraterrestres Nazca, aux « gigantesques marins roux » et à se faire « lire l’aura au prix du caviar ». Mélanger dans un même paragraphe sorcellerie et phytothérapie (médecine par les plantes) me semble relever de la manipulation.

Qui est vraiment Amy Parker ?

Il me semble donc évident qu’Amy Parker n’est plus ici dans le simple témoignage, mais dans l’attaque en règle. Sous couvert de sincérité, on aurait ici affaire à un ou une militant(e) écrivant avec un objectif précis : ridiculiser les approches naturelles de la santé. Cette attaque est d’autant plus vicieuse qu’elle est présentée comme émanant d’une « jeune maman » qui est donc d’avance excusée par le lecteur de ne donner aucune preuve de ce qu’elle avance et aucune source scientifique. Elle n’est d’ailleurs l’auteur que de ce seul et unique article sur Slate, et n’est répertoriée nulle part ailleurs sur Internet. Certaines personnes auront relevé qu’une certaine Amy Parker figure toutefois dans les listings des employés du ministère de la Santé des Etats-Unis, département des maladies infectieuses, lié aux vaccinations [4].

Mais ça ne peut être qu’une coïncidence…

 

A votre santé ! Jean-Marc Dupuis

Publicités
Cette entrée a été publiée le 7 février 2014 à 12 h 55 min. Elle est classée dans Non classé, SANTE et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

14 réflexions sur “Amy Parker – Trop de bio rend malade…

  1. …et c’est le genre de texte que nous verrons bientôt circuler auprès des adeptes des chaines de courriels… Merci Elric!

  2. Si le témoignage est véritable, il est brouillon et l’auteure appartient sans doute au lobby de la vaccination. Elle n’est pas si critique à l’encontre du bio : « Je suis heureuse qu’elle nous ait imposé une si bonne alimentation. Je suis ravie qu’elle se soit souciée de nous à ce point. » mais assimile les personnes qui ne font pas vacciner leurs enfants à des illuminés. A titre personnel, j’ai fait vacciner mon bébé car les risques me semblent inférieurs aux bénéfices mais nous devrions avoir plus de choix de vaccins car ce sont les adjuvants qui posent problème.

    • Je sais que le sujet de la vaccination est plus que sensible a plus d’un titre…
      Chez moi, moi et ma compagne avons étés vaccinés pour l’hépatite B et tous les avons une sclérose en plaques…
      Sans rapport certainement, mais je ne veux pas être inconscient pour mon bébé.
      Et je ne veux pas tomber dans le système des peurs qui font faire une confiance aveugle en nos médecins.
      Quoi qu’il en soit comme tu dis le choix et une information honnête devrait être habituel…

  3. Tro-c’est-trop.

    Au début de la feuille, on lit « pas de sucre » « mais du lait maternel » qui est très riche en sucre, comme chacun sait !!
    Billevesées..
    Ma fille de 3 ans avait trouvé un bout de pain qui avait bien traîné trois semaines dans la basse-cour, sous la pluie. Mon épouse me demandant s’il fallait appeler le 911, le 15 ou les deux !!?

    Arrêtons les âneries.. La nature fait très bien les choses, ça s’appelle mithridatisation et
    les enfants qui sont les plus sensibles aux allergies sont ceux qui ont été trop protégé le premier mois !!

  4. je te voyais plus, j’avais plus de billet, suis contente de te lire,
    j ai été étonnée de lire cet article
    j’avoue que je sais plus ou me tourner, je suis pas une specialiste, on nous dis un truc, on nous redis autre truc, je fais partie des gens qui essaie un peu de reflechir mais desfois je me laisse convaincre par manque de savoir, pfff

    • je sais, j’ai connu cela il y a quelques années, par chance, mon chemin m’a fait croiser des gens ouverts et compétents, qui m’ont fait devenir responsable de ma vie.
      Tous les jours je chemine, je grandis, je rétrecis aussi mais j’avance. mes connaissances aussi, mes avis deviennent éclairés enfin bcp moins réactifs…

      Ah la vie quel chemin 😉

  5. Merci de l’avoir mis, j’ai reçu la news letter hier.
    C’est vrai que ce qu’on appelle les contre-vérités pullulent! Et comme Blabla, quelques fois ont ne sait plus quoi penser et faire. Il faut prendre le temps de chercher, comparer et surtout comme tu dis : éviter la réaction à chaud, car cela peut être un « fake » (faux) et hop on s’engouffre. Remarque, les journalistes (enfin ceux qui se nomment comme tels…) font la même chose! Alors, tu parle, nous, pauvres quidams… ça fait le « buzz » et en plus, souvent déformé. Mais c vrai que c’est difficile d’avoir la bonne info.

    Bon W.E.

    • merci pour ton message catherine,
      comme tu dis c’est pas simple, et au contraire des journalistes qui font cela pour l’argent, nous on le fait pour notre propre vie et celles des gens qui nous importent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :